Prendre le taureau par les cornes

Le gouvernement du Québec s’est récemment doté d’une politique environnementale qui a pour objectif que les villes adoptent des mesures concrètes de développement durable et de protection de l’environnement. La Ville de Saguenay emboîte le pas des autres grandes villes du Québec, mais à pas de tortue.

L’administration du maire Jean Tremblay a dernièrement adopté des mesures incitatives comme des subventions pour les maisons «vertes» comprenant des congés de taxes et une entente avec l’organisme de certification environnementale LEED.

Cette certification, octroyée par un système de points, accorde des notes relativement à l’édifice, mais aussi à sa proximité des services de transport collectif, de la gestion de l’eau de même que la nature locale des matériaux utilisés pour la construction.

La nouvelle entente entre l’organisme de certification environnementale LEED et la Ville de Saguenay est un bon exemple de politique moderne qui devrait permettre à davantage de gens de vivre «vert» à Saguenay.

En contrepartie, les citoyens devront attendre encore trois ans avant que Saguenay mette à leur disposition des bacs de compostage. Il s’agit d’un long délai, considérant que plusieurs villes de taille semblable ont déjà adopté de telles mesures.

Les bacs de compost viendront répondre, du moins en partie, au besoin grandissant d’outils permettant à la population de poser des gestes concrets en matière de protection de l’environnement. Ces bacs sont attendus avec impatience par plusieurs citoyens qui souhaitent diminuer leur empreinte écologique.

Hormis les efforts de l’Hôtel de Ville de Saguenay, le temps passe et tout semble en attente. La population doit donc prendre le taureau par les cornes et s’activer sur le plan écologique.

C’est pourquoi l’ouverture prochaine de la Maison du développement durable prévue pour 2018 est si importante. Cela permettra de rapprocher les gens des organismes, programmes et outils nécessaires à la mise aux normes de leurs propriétés.

Nul besoin de dire que la seule action gouvernementale et institutionnelle ne suffira pas à atteindre les objectifs fixés lors de la Conférence de Paris de l’an dernier et dont le protocole a été adopté dans les dernières semaines.

Des comportements durables doivent être adoptés par les citoyens, et ce dans toutes les sphères de la société. Cela commence à la maison, se poursuit sur les lieux de travail et encore dans l’administration publique. Les choix collectifs, comme des infrastructures vertes et les circuits de transport collectif font partie de la solution. Beaucoup de temps et d’argent y sont déjà consacrés, diront certains, mais ce n’est pas encore assez.

Plusieurs pas ont été faits dans les derniers mois afin de rendre la Ville de Saguenay plus verte, mais beaucoup de travail reste à faire. La balle est maintenant dans le camp des citoyens.