Une première exposition en 2018: un rêve pour Maryline Rivard

Lumière naturelle, originalité, images chargées d’émotions et d’histoires ainsi qu’une touche bien personnelle seront au rendez-vous dans la première exposition de la photographe Maryline Rivard qui se déroulera au Cégep de Jonquière au mois d’avril 2018.

Un vieux rêve devenu réalité, c’est ce qui s’est produit la semaine dernière alors qu’elle a reçu la nouvelle. «C’est le rêve de tout artiste d’être exposé et de montrer son travail», souligne la diplômée en Arts visuels du Cégep de Jonquière. C’est sa pratique personnelle et non professionnelle qui sera imprimée sur des toiles pour l’occasion: autoportraits, créatifs avec des modèles et photos imprégnées d’histoire prises lors de voyages en sont quelques exemples.

Extrêmement proche de sa communauté Facebook, il s’agira pour elle d’une occasion de rencontrer ceux qui admirent son travail. «C’est ma première exposition, je suis un peu nerveuse. On espère toujours qu’il y ait beaucoup de gens qui viennent voir, mais il peut aussi seulement y avoir 10 personnes», confie-t-elle.

Un rêve inespéré

Après avoir complété son DEC en arts visuels, Maryline s’est dirigée vers le baccalauréat en enseignement de l’art à l’Université du Québec à Chicoutimi. C’est à ce moment qu’elle a suivi un cours de photographie qui a tout déclenché. «Je n’aurais pu me douter que je pour rais aujourd’hui vivre de mes photos», exprime-t-elle. Après avoir été modèle et photographe amateur, elle a finalement pu vivre uniquement de son art en laissant de côté son métier d’enseignante en juin dernier.

La photographie est aujourd’hui un mode de vie pour elle. Impossible de ne pas toucher à son appareil photo pendant une journée. «Je n’ai pas l’impression de travailler, je fais ce que j’aime pour vivre», souligne-t-elle. La hausse très importante de sa clientèle témoigne de son talent. «J’ai maintenant plus de temps pour la photogra-phie, mais j’ai aussi plus de clients. Ça fait peur parfois, mais c’est ce que j’aime et je sais désormais mieux orga-niser mon horaire.»

Authenticité

Le style des photos de la propriétaire de l’entreprise Maryline Rivard photographie est unique et très caractéristique: lumière naturelle, composition rustique, émotions croquées sur le vif, autoportraits originaux. Son inspiration provient d’elle et de ses racines. «Tout ce que je fais me ressemble, c’est très important. Je ne dissocie pas mon entreprise de moi. Je ne suis pas capable d’être commer-ciale et de faire quelque chose juste pour attirer les gens», explique-t-elle