Ateliers Pour que vieillir soit gai: une initiative pour briser les tabous

L’Association des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transidentitaires (AGL-LGBT) du Saguenay offrira dans les prochains mois le projet Pour que vieillir soit gai. Ce dernier vise à sensibiliser les intervenants et partenaires à l’arrivée des personnes âgées LGBT dans les centres d’hébergement.

L’idée est inspirée de l’initiative de la fondation Émergence qui lutte contre la transphobie et l’homophobie. Installé dans la région de Montréal, cet organisme a récemment fait le tour des maisons de retraite, des corps policiers et des travailleurs de la fonction publique afin de les préparer à l’arrivée d’une clientèle LGBT plus âgée.

Selon le président de L’AGLLGBT, Alain Lévesque, les maisons de retraite recevront bientôt la première génération de personnes et de couples mariés LGBT: «ll ne faut pas qu’ils aient peur à leur arrivée en résidence. En déménageant, ils ne veulent pas avoir à retourner dans le placard. Ils veulent pouvoir vivre leur amour sans se cacher.»

Il rappelle que le mariage entre personnes du même sexe est autorisé au Québec depuis 2005. Par conséquent, les gens ont moins peur de s’afficher et ils espèrent pouvoir partager la même chambre dans leur futur lieu de résidence.

Après avoir fait une enquête auprès des CHSLD de la région, l’association a fait une découverte étonnante. «Nous n’avons pas été en mesure de trouver une seule personne LGBT. Du moins, s’il y en avait, elles ne s’affichaient pas. C’est donc quelque chose que les CHSLD ne connaissent pas. Pourtant, ils devront y faire face très bientôt», ajoute Alain Lévesque.

L’AGL-LGBT rencontrera près de 271 intervenants. Elle offrira des rencontres-conférences afin de sensibiliser les intervenants sur le sujet. Elle réalisera des entrevues personnalisées et fera la promotion du projet à travers la population. L’organisme est en attente de réponses de Québec sur sa demande de financement pour démarrer le projet.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, 10 % de la population est LGBT. Sur ces 10 %, 11 000 personnes sont âgées de 55 ans et plus. La plupart des membres de l’association sont dans cette tranche d’âge et le projet les interpelle, assure Alain Lévesque.