Ville universitaire: un concept à repenser

Les trois associations étudiantes des instituts postsecondaires de Saguenay ne se reconnaissent pas dans le concept de «ville universitaire» du maire Jean Tremblay. Aussi demandent-elles au maire d’élargir son concept en parlant plutôt d’une «ville étudiante».

«Il faut que M. Tremblay inclut les étudiants du cégep dans son concept de ville universitaire, car ils représentent environ la moitié des étudiants sur le territoire», explique le coordonnateur aux affaires externes de l’Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep de Jonquière (AGEECJ), Francis Therrien. Il note également que jusqu’à maintenant, les étudiants des cégeps et de l’UQAC sont en accord avec ce changement.

Les étudiants reprochent également au maire Tremblay d’avoir exclu les étudiants du développement du concept de ville universitaire. «Dans son processus, le maire a seulement discuté avec le recteur de l’UQAC, ce n’est donc pas représentatif de la population étudiante», affirme Francis Therrien.

Participation des étudiants

Selon les associations étudiantes, il est primordial que les étudiants participent activement au développement de la ville. Ces représentants à Saguenay croient que la mairie devrait mettre de l’avant les intérêts des étudiants postsecondaires.

À leurs yeux, il faut beaucoup plus qu’un pavillon de l’UQAC sur la rue Racine pour que Saguenay devienne une ville étudiante. Il faut également prôner une amélioration des transports en commun, un intérêt accru pour le développement durable ainsi qu’une augmentation de la participation des jeunes à la démocratie municipale.

Les étudiants souhaitent donc s’entretenir avec le maire sortant pour le convaincre que le concept de ville étudiante servirait mieux les intérêts des étudiants de Saguenay.
D’un autre côté, les associations apprécient tout de même la décision de Jean Tremblay d’accorder de l’attention aux études postsecondaires.