Mur de la réussite · Journaliste · Éric Langevin

Éric Langevin

« Tout le monde ou presque vient de l'extérieur dans ce programme et c'est ce qui facilite les contacts. La vie sociale qu'il y a autour des études est fantastique. »

Journaliste

Finissant · 1996

De nombreux éclats de rires

En 1996, les murs du pavillon Joseph-Angers étaient bien différents de ce qu'ils sont maintenant, mais Éric Langevin se souvient de son passage en Art et techologie des médias comme si c'était hier.

« J'ai quitté le nid familial très jeune pour aller m'établir à Jonquière, mais je ne regrette pas du tout ma décision. J'ai développé des amitiés en ATM que j'entretiens toujours », confie M. Langevin.

Aujourd'hui adjoint au directeur de l'information et directeur de la section des arts et spectacles du Nouvelliste de Trois-Rivières, M. Langevin garde des souvenirs intarissables des années passées en compagnie de ses collègues atémiens.

« Tout le monde ou presque vient de l'extérieur dans ce programme et c'est ce qui facilite les contacts. La vie sociale qu'il y a autour des études est fantastique », souligne le journaliste.

Le diplômé de 1996 gardera également longtemps en mémoire les nombreux éclats de rires qui ont égayé son passage en ATM. « Le midi à la cafétéria, nous nous rassemblions quelques amis et parfois même avec des enseignants et je ne peux même plus compter le nombre de fois où j'ai ri à en pleurer. Un prof a déjà même annulé un de ses cours tellement nous avions eu du plaisir sur l'heure du dîner ! », se remémore Éric Langevin. Pour lui, c’était ça être en ATM.


Écrit par Frédéric Champagne, étudiant en Journalisme