Babillard · On ne ménage pas les nouveaux

On ne ménage pas les nouveaux

Le programme sait recevoir! Pas une année ne s’est écoulée sans que les nouveaux étudiants ne soient accueillis par le légendaire et bien ficelé scénario des «initiations»!

Un concept unique

C’est pour mieux connaître le caractère et la personnalité de chacun de leurs nouveaux étudiants que les premiers enseignants ont élaboré le scénario des «initiations». La fameuse mise en scène leur permettait d’user d’un peu d’humour afin de se faire une idée du tempérament de leurs futurs étudiants. Les redoutables tests de connaissances générales et les présentations improvisées étaient donc le dada des enseignants du département! C’est pour mieux connaître le caractère et la personnalité de chacun de leurs nouveaux étudiants que les premiers enseignants ont élaboré le scénario des «initiations». La fameuse mise en scène leur permettait d’user d’un peu d’humour afin de se faire une idée du tempérament de leurs futurs étudiants. Les redoutables tests de connaissances générales et les présentations improvisées étaient donc le dada des enseignants du département!

Le concept plutôt unique d’activités d’ intégration adaptées au domaine d’études est à la base de la renommée des «initiations» atémiennes. Pour donner plus de crédibilité à la blague, on complote même avec les médias régionaux! Au fil des années, plus d’un étudiant a cru à la nécessité de performer à ces tests fictifs puisqu’on poussait la farce jusqu’à supposer qu’un échec compromettrait l’acceptation au programme!

André Aubin-Brassard, enseignant en journalisme télé, se souvient d’un étudiant que les menaces fictives de renvoi avaient motivé à obtenir d’excellentes notes de mi-session. M. AubinBrassard qui participait à la blague cette année-là devait annoncer à la foule de nouveaux atémiens que cinq d’entre eux avaient récolté des résultats trop décevants pour qu’on puisse les retenir dans le programme. «Cet étudiant-là devait être trop absorbé par la nouvelle pour saisir qu’il s’agissait bel et bien d’une blague. Il s’est appliqué pendant plus de deux mois à l’obtention de notes qui lui permettraient de gagner sa place en ATM!» Bien que cette année, on ait délaissé les tests fictifs, le scénario repensé qu’on a servi aux nouveaux étudiants en a fait mordre plus d'un! La majorité a cru à la «Soirée carrière» pendant laquelle les aspirants représentants des médias régionaux proposaient et distribuaient des stages bidon. Il n’en fallait pas moins pour accueillir la 40e cohorte d’étudiants en Art et technologie des médias!


Écrit par Monica Lalancette, étudiante en Journalisme