Babillard · Luigi Napoli : un personnage

Luigi Napoli : un personnage

Luigi Napoli est professeur en communication depuis 1967. D’origine italienne, cet homme mystérieux et d’allure autoritaire a su apprivoiser la région afin d’y faire sa place. Mais que cache ce regard qui en impose? Je vous propose une rencontre empreinte de sagesse avec cet homme qui a la passion de l’enseignement.

Un style de vie et des valeurs qui lui tiennent à coeur

Après toutes ces années d’enseignement, M. Napoli confie avoir toujours donné à l’étudiant le meilleur de lui-même à travers ses cours et même plus. Il a voulu communiquer un style de vie et des valeurs qui lui tiennent à coeur. Il a justement une certaine fierté à retrouver ses anciens élèves maintenant lancés dans de belles carrières : «Les élèves perçoivent souvent le professeur comme quelqu’un qui a un plaisir sadique à donner de mauvaises notes», dit-il le sourire aux lèvres.

Après avoir assisté à toute l’évolution du département, il constate que les étudiants sont moins préparés lorsqu’ils arrivent dans le programme. Deuxièmement, il remarque que les filles ont maintenant une longueur d’avance au point de vue des résultats scolaires.

Par la suite, il note des changements merveilleux dans les technologies : «Je me souviens de la première édition du journal, ça faisait vraiment pitié!» Il croit que cette évolution est des plus bénéfique, en particulier pour le développement culturel des étudiants.

Dans une vision d’ensemble, l’héritage qu’il laisse au pavillon est un exemple d’honnêteté et de travail. Il affirme qu’en étant immigrant, il a dû travailler un peu plus que les autres, mais que sa volonté de réussir l’a toujours poussé à se dépasser. Il avoue qu’il aurait pu partir à la retraite il y a d ecela quelques années, mais qu’il a eu cette piqûre de l’enseignement qui le pousse à continuer. De plus, il confie qu’en côtoyant les jeunes il reste, lui aussi, encore un peu plus jeune! Son conseil pour la bonne continuité d’ATM serait que tous les départements se mettent en commun afin de constituer une force unique.


Écrit par Marie-Anne Paradis, étudiante en journalisme